Le contexte

Dans quelle réalité s'inscrit solidarcomm > une surconsommation de téléphones portables.

En  2013, 54 téléphones portables ont été vendus par seconde dans le monde, soit 1,7 milliard par année. Près de 7 milliards de téléphones portables sont actuellement en circulation (source UIT 2013).

Les téléphones portables prennent de plus en plus de place dans la société, notamment avec l’arrivée des smartphones. L'usage du téléphone s'est diversifié: recherche sur Internet, musique, photos, vidéos, billets électroniques voire même moyen de paiement.

En Suisse

En 2013, 94% des ménages en Suisse disposent au moins d’un téléphone mobile et la majorité d'entre eux en possède plus d’un (57%). (source OFS/EBM)

En 2014, 3,8 millions d'appareils ont été vendus. On estime qu'une personne change de téléphone en moyenne tous les 18 mois. (chiffres Swico)

Ainsi, plus de 8 millions de téléphones inutilisés dorment dans les tiroirs des foyers suisses. Pourtant, le taux de recyclage au niveau national est de 16,5%, un pourcentage largement supérieur à la moyenne mondiale (3%).

Au Sud

Le téléphone portable dans les pays en voie de développement n’est pas un luxe. La téléphonie mobile est très répandue. Elle ne requiert pas de connaissances écrites, contrairement à Internet, ni d'infrastructures lourdes. Le portable est particulièrement utilisé dans les pays du Sud où la téléphonie fixe est souvent absente et où son installation est très coûteuse. Le téléphone portable dans ces pays a été une vraie révolution. En Afrique, 75% des communications téléphoniques se font ainsi sur le réseau mobile.

En ville, les artisans et vendeurs ambulants du secteur informel, qui ne disposent pas de locaux fixes, communiquent facilement avec leurs clients et fournisseurs. Avec les cartes à pré-paiement, ils peuvent adapter leur consommation à leur situation financière fluctuante. A la campagne, le portable est souvent d'une importance vitale: alerter les secours en cas d'accident, de maladie ou de feux de brousse, informer sur les ravageurs des cultures, le cours des produits agricoles ou en cas d'éboulement obstruant un accès routier.

La plupart des habitants du Sud ne peuvent s'offrir un appareil neuf de bonne qualité. Les portables n'y sont en effet pas subventionnés par les opérateurs de télécommunications comme c'est le cas en Europe. Par manque de moyens financiers, les populations défavorisées sont donc réduites à acheter des appareils de contrefaçon, bon marché mais de très mauvaise qualité: leur durée de vie est souvent inférieure à 6 mois.

Solidarcomm offre donc une alternative solidaire permettant à des populations à faible pouvoir d'achat d'acquérir des téléphones portables de seconde main, mais de qualité à des prix accessibles.