2000 élèves de Lancy découvrent leur téléphone

27 Avril 2015

Depuis janvier 2015, onze établissements lancéens (Genève) participent à une action de sensibilisation à grande échelle. Celle-ci porte sur les thèmes de la consommation des téléphones portables, de son impact sur l’environnement et des droits de l’enfant. Cette action qui se déroule sur cinq mois touche 98 classes, soit près de 2000 enfants et jeunes du territoire lancéen.

Aujourd'hui, la plupart des jeunes possèdent un téléphone portable dès l'âge de dix ans. Pourtant, peu sont celles et ceux qui savent comment est fabriqué cet objet du quotidien. Conçu par Terre des Hommes Suisse, le projet Solidarcomm vise à sensibiliser les élèves aux impacts environnementaux (utilisation de substances nuisibles pour l’environnement et destruction de la forêt) et sociaux (exploitation des enfants, notamment dans les mines d'or) de la production de téléphones portables.

De janvier à mai 2015, la Ville de Lancy, le département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP) et Terre des Hommes Suisse ont proposé aux établissements scolaires une campagne d’animations autour des téléphones portables. Celle-ci met en avant le lien qui existe entre la (sur)consommation de téléphones portables et les droits de l’enfant, en suivant un fil rouge: la filière de l’or, matériau présent en petite quantité dans les téléphones portables.

Le 23 avril, une visite a été spécialement organisée pour les autorités et pour la presse. Elle s'est inscrite dans le cadre d’un atelier pratique, en présence d'apprenti-e-s électronicien-ne-s du Centre de formation professionnelle technique (CFPT) et d'élèves de l'école primaire d'En Sauvy. Une démarche de sensibilisation qui offrait une opportunité pour les jeunes élèves de découvrir une filière professionnelle passionnante et pour les apprenti-e-s de valoriser leur savoir-faire.

«Ce projet s'inscrit parfaitement dans le cadre des missions de l'école publique», a souligné Mme Emery-Torracinta, conseillère d'Etat chargée du département de l'instruction publique, «l’ouverture aux enjeux de notre société ne doit pas rester confinée aux enseignements dispensés dans les salles de classe: elle doit aussi s’appuyer sur des expériences pratiques qui permettent aux élèves de prendre conscience de thématiques tels que le développement durable. Les élèves se comportent alors en acteurs, anticipant le rôle qu’ils joueront dans le monde de demain».

Secrétaire général de Terre des Hommes Suisse, Jean-Luc Pittet a quant à lui souligné le caractère innovant de cette expérience, qui «permet aux jeunes de découvrir les difficiles réalités de vie au Sud dues à notre mode de consommation en Suisse et de réfléchir aux causes des inégalités, en vue d’agir concrètement, par exemple en gardant leur portable plus longtemps et en lui donnant une seconde vie, ainsi qu’en favorisant les produits issus du commerce équitable et respectueux de l'environnement».

Retrouvez le communiqué et la revue de presse.

Ainsi que les reportages de TV Lancy et RTS.